Actualités

Location de salles

Emploi

Immobilier

Permis

Déménagement

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Filter by Categories
Aménagements urbains
Avis officiels
Circulation routière
Environnement
Nouvelles du conseil
Seniors
Travaux
Vie du village
Vie publique

Contacts

Rue des Prés 5 / Case postale 47

2605 Sonceboz-Sombeval

Téléphone :032 488 33 00

E-mail : secretariat@sonceboz.ch

Horaires

Lundi 10.00 – 12.00 h. | 16.00 – 18.00 h.

Mardi10.00 – 12.00 h. | 16.00 – 17.30 h.

Mercredi 10.00 – 12.00 h. | 16.00 – 17.30 h.

Jeudi 10.00 – 12.00 h. | 16.00 – 17.30 h.

Vendredi 1 0.00 – 12.00 h. | Fermé

  1. Accueil
  2. >
  3. Nouvelles du conseil
  4. >
  5. Le pont sera remplacé,...

Le pont sera remplacé, tandis que le pavillon tombe à l’eau

28.03.2024 | Nouvelles du conseil

Une Assemblée municipale plutôt bien fréquentée a avalisé hier soir un seul des deux projets présentés et soutenus par l’Exécutif, ceci après des discussions nourries. La séance s’est achevée à 21 h 30

Placée sous la présidence de Patrick Tissot, l’assemblée municipale extraordinaire de lundi soir a réuni pas moins de 63 ayants droit. Une affluence saluée par le maire en fin de séance.

Outre des « divers » assez fournis eux aussi, deux points importants figuraient à l’ordre du jour : l’avenir du pont de la rue des Prés et le projet de pavillon pour remplacer la cabane du football hors d’usage.

Corrosion, infiltrations et Cie

Le conseiller municipal Daniel Stanojevic rappelait l’historique du premier objet, en particulier l’analyse des trois ponts lancée en mai 2022, le crédit de 250’000 francs voté par le Législatif en décembre de la même année, puis les sondages approfondis menés l’an dernier sur le pont de la rue des Prés, qui aboutirent à la proposition de le remplacer purement et simplement.

André Oliveira, ingénieur en charge du projet présenté par le bureau spécialisé SD Ingénierie, présentait pour sa part les démarches techniques. Il s’arrêtait évidemment aux dégâts importants déjà visibles sur le pont de la rue des Prés.

Vieux de 80 à 90 ans, cet ouvrage a été réalisé à une époque où le trafic était nettement moins dense et beaucoup moins lourd, où n’étaient pas encore imposées les normes sismiques et où le changement climatique n’avait pas encore imprimé sa patte sur les événements météorologiques toujours plus violents et donc sources de fortes crues.

Les expertises approfondies ont révélé des dégâts conséquents : corrosion de l’armature, éclatement du béton, infiltrations sous le tablier.

Le spécialiste le précisait : un renforcement de l’ouvrage est certes possible, mais bien onéreux, puisque devisé à 650’000 francs, pour une garantie de 50 ans seulement. Un investissement conséquent à renouveler donc avant la fin du siècle.

Seules les culées seront conservées

Les avantages d’un nouvel ouvrage ont convaincu le Conseil municipal, qui recommandait donc le crédit de 820’000 francs nécessaire à sa construction.

Ce montant permettra de démolir le pont actuel, pour n’en conserver que les culées (les parties situées sur les rives et supportant le poids du tablier), lesquelles seront sérieusement renforcées.

La route sera fermée durant 4 à 5 mois, le trafic étant rétabli dès que commenceront les travaux de finition.

En tout temps, le passage des piétons sera garanti par une passerelle.

Des subventions ? Peut-être…

La discussion nourrie permettait à Daniel Stanojevic de préciser que le nouveau pont pourra remplacer celui sis en aval lorsqu’il sera rénové à son tour, car l’ouvrage prévu sera accessible aux véhicules de 40 tonnes et même aux 60 tonnes admis récemment par la Confédération, ces derniers de façon exceptionnelle cependant.

Quant à un potentiel subventionnement, l’affaire est à suivre, sachant que l’élévation du tablier pourrait être considérée comme une mesure de protection contre les crues ; le pont pourrait donc bénéficier des montants prévus pour cette protection dans le projet d’aménagement des eaux de la Suze.

Il fut répondu que l’idée d’une passerelle piétonnière définitive n’a pas été envisagé, sachant que des plots continueront à protéger les piétons du trafic motorisé limité rappelons-le à une vitesse de 30 km/h. Un citoyen regrettait que la groupe d’étude sur la mobilité douce n’ait pas été associé aux réflexions.

La seule solution pour les entreprises

Un citoyen regrettant que les camions passent devant une école enfantine et une Maison de l’Enfance d’un côté, traversent deux zones à 20 km/h de l’autre, Daniel Stanojevic et le maire, Claude-Alain Wüthrich, soulignaient qu’aucune autre solution n’est envisageable, le passage par le pont de Sombeval étant tout simplement impossible pour le trafic lourd.

Les deux élus ajoutaient que le besoin de deux ponts accueillant les 40 tonnes est parfaitement prouvé dans la localité, qui abrite plusieurs entreprises importantes au sud de la Suze. Non sans souligner que le passage des poids lourds à la rue des Prés sera provisoire.

Quant à l’urgence des travaux, remise en cause par une citoyenne en raison du chantier actuellement ouvert à la gare et des nombreux bus circulant dans le village, le maire la justifiait par la nécessaire coordination avec les travaux actuel sur la Suze.

C’est parti !

Après ces discussions nourries, le vote était clair : le crédit pour un nouveau pont était approuvé par 45 voix contre 5 et une douzaine d’abstentions.

En conséquence, la Municipalité va déposer incessamment la demande de permis de construire, tandis que l’appel d’offre sera lancé dès son obtention, donc très probablement au mois de mai.

Si tout se déroule comme prévu, les travaux de démolition pourront commencer à la fin juin et le nouveau pont être utilisable donc avant la fin de cette année.

Un beau projet qui ne convainc pas

Le conseiller municipal Claude Auderset rencontrait moins de succès avec le projet de pavillon conçu pour remplacer l’ancienne « cabane du foot ». Un projet dessiné par l’architecte Bastien Jeandrevin et jugé unanimement très beau, mais dont le crédit nécessaire, de 650’000 francs, a été pourtant refusé par 31 voix contre 26.

L’élu rappelait qu’une première variante, faite de conteneurs, a été éliminée par l’Exécutif, car jugée trop onéreuse pour sa très faible valeur esthétique.

L’architecte mettait en évidence la luminosité naturelle privilégiée dans son projet, un bâtiment de bois construit sur pilotis, habité d’une cuisine centrale permettant une bonne modularité des espaces, un grand parvis d’accueil couvert, des casiers pour le matériel des jeunes footballeurs, un local destiné au matériel de conciergerie de la commune.

Séance, café, fêtes, mariages : le nouveau pavillon était destiné notamment à la location pour des événements très divers. Ses coûts annuels, devisés à quelque 44’000 francs tout compris, auraient pu être en partie compensés par les revenus de la location.

Le prix de ce projet, la proximité de la halle de gymnastique elle aussi louable par les sociétés et particuliers, l’absence de sanitaires dévolus explicitement aux footballeurs juniors, des places de stationnement jugées insuffisantes : les nombreuses critiques émises ont fait basculer la balance vers un rejet de la proposition municipale.

Le pavillon est donc tombé à l’eau, du moins dans sa version présentée hier. La suite qui sera éventuellement donnée à ce dossier (démolition sans reconstruction ? nouvelle proposition ?) dépend de l’Exécutif. | CM

A lire également

Pavillon : la copie sera revue à la baisse

Pavillon : la copie sera revue à la baisse

A la suite du refus opposé par l’Assemblée municipale, le 25 mars dernier, à son projet de pavillon pour remplacer la « cabane du foot », le Conseil municipal a immédiatement repris ce dossier. Il reverra sa copie, afin de proposer quelque chose de plus modeste et...

lire plus

Voir toutes les actualités